Enter the gungeon – Présentation

Enter The Gungeon est un mélange de twin stick shooter et de rogue like à la façon d’un Binding Of Isaac. C’est un style très à la mode chez les studios indépendants !

Le scénario est assez délirant mais pas vraiment développé, on sent que c’est une simple mise en contexte. Vous incarnez un personnage au choix qui a pour objectif de récupérer une arme relique lui permettant de détruire le passé…

Côté gameplay et même artistique Enter The Gungeon se rapproche beaucoup d’un Hotline Miami. On doit éliminer tous les ennemis présents dans des salles générées aléatoirement et récupérer de nouvelles armes sachant que les munitions sont limitées. Vous devrez aussi affronter des boss à chaque fin de “niveau”. Il est important de bien fouiller ces niveaux avant de s’attaquer aux boss afin de récupérer les meilleures armes possibles que ça soit dans des coffres ou en les achetant chez un marchand.

Pour se démarquer de ses concurrents le jeu mise beaucoup sur :

  • La variété des armes.
  • L’ajout d’une roulade qui permet autant d’esquiver que de passer des obstacles (ravins et autres dangers). En début de roulade notre personnage est invulnérable, c’est donc très important de maîtriser son timing.
  • La présence par moment d’un nombre énorme de projectiles ennemis à la façon d’un shoot’em up.
  • La possibilité de faire disparaître tous les projectiles en cours.
  • Le déplacement des décors (tables, meubles, …) afin de se protéger / mettre à couvert.

On pourrait croire qu’avec tous ces aspects le jeu est simplifié, mais ce n’est pas le cas, on reste dans l’esprit du genre avec une difficulté élevée.

Visuellement on est dans du pixel art plutôt réussi avec des animations bien réalisées. La musique est quant à elle un gros point fort de Enter The Gungeon.

Vous l’aurez compris j’apprécie beaucoup Enter The Gungeon. Il a su se démarquer du grand nombre de jeux disponibles dans ce style.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo maison du gameplay ainsi que sa bande originale disponible via bandcamp.

 

Laisser un commentaire